Thursday, February 29, 2024
Google search engine
HomeVÉHICULE ÉLECTRIQUEDevis FinancementEnquête des économistes : croissance du PIB de 4,3% au 3T, la...

Enquête des économistes : croissance du PIB de 4,3% au 3T, la plus rapide depuis près de 2 ans



La plus grande économie du monde a probablement connu sa croissance la plus rapide en près de deux ans au troisième trimestre, grâce à la solidité du consommateur américain, un défi pour les responsables de la Réserve fédérale qui se demandent si un resserrement supplémentaire de sa politique est nécessaire.

Le produit intérieur brut a progressé à un rythme annualisé de 4,3 % entre juillet et septembre, selon la projection médiane d’une enquête Bloomberg auprès des économistes. Une telle croissance montre que les États-Unis restent la puissance économique mondiale alors que l’Europe stagne et que l’Asie est aux prises avec une Chine en difficulté.

La consommation personnelle, principal moteur de l’économie américaine, devrait progresser à un taux de 4 %. La résilience de la demande met à l’épreuve les compétences politiques des responsables de la Fed après près de deux ans de hausse des taux d’intérêt. Même si l’inflation est bien loin de son pic, les pressions sur les prix restent presque deux fois plus rapides que leur objectif.

Le rapport sur le PIB de jeudi ne suffira pas à pousser la Fed vers une hausse des taux en novembre, mais une dynamique soutenue des dépenses au quatrième trimestre augmenterait probablement les perspectives d’un nouveau resserrement au tournant de l’année.

“Des preuves supplémentaires d’une croissance persistante supérieure à la tendance, ou du fait que les tensions sur le marché du travail ne s’atténuent plus, pourraient mettre en péril de nouveaux progrès en matière d’inflation et pourraient justifier un nouveau resserrement de la politique monétaire”, a déclaré le président de la Fed, Jerome Powell, lors de l’Economic Club of. New York jeudi.

Les données sur les revenus et les dépenses de septembre, publiées vendredi, donneront une idée de la dynamique de la demande des ménages et de l’inflation avant le quatrième trimestre.

Les prévisionnistes prévoient une augmentation de 3,7 % de l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle de base, qui est l’une des mesures préférées de la Fed car elle exclut les coûts alimentaires et énergétiques, souvent volatils. Il s’agirait du plus faible gain annuel depuis mai 2021 et serait cohérent avec une progression modeste de l’inflation.

Ce que dit Bloomberg Economics :

« Le PIB réel du troisième trimestre a probablement bondi à un rythme annualisé de 4,7 %, les consommateurs accélérant leurs dépenses jusqu’à un rythme insoutenable de 4,2 % dans un contexte de frénésie de voyages et de divertissements estivaux… Nous prévoyons un ralentissement de la consommation au quatrième trimestre compte tenu de l’inflation élevée, des taux d’intérêt élevés et de la reprise des études. -remboursements de prêts. Le cycle de resserrement de la Fed met du temps à affecter l’économie réelle, mais nous pensons que la hausse des taux hypothécaires, la dette des cartes de crédit et les défauts de paiement des prêts aux entreprises affecteront la croissance ce trimestre.

—Anna Wong, Stuart Paul, Eliza Winger et Estelle Ou, économistes. Pour une analyse complète, cliquez ici

En tournant vers le nord, la décision de la Banque du Canada sur les taux mercredi comportera de nouvelles projections concernant l’inflation, la croissance et le paysage des risques pour l’économie. On s’attend généralement à ce que le gouverneur Tiff Macklem maintienne une pause tout en menaçant que de nouvelles hausses pourraient être nécessaires.

Ailleurs, la Banque centrale européenne pourrait également maintenir ses taux inchangés, les responsables israéliens prendront leur première décision depuis le début de la guerre, les décideurs politiques chiliens réduiront probablement les coûts d’emprunt et leurs pairs en Russie et en Turquie devraient procéder à de fortes hausses.

Asie

Les plus hauts législateurs chinois, le comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, se réuniront jusqu’à mardi et discuteront probablement d’une proposition visant l’émission anticipée de nouvelles dettes des gouvernements locaux et la nomination de personnel clé.

La Chine publiera également des données sur ses bénéfices industriels qui pourraient montrer une reprise continue, alors que les investisseurs surveillent de près l’état de la deuxième économie mondiale.

Au Japon, le Premier ministre Fumio Kishida réfléchira probablement aux résultats des élections spéciales organisées ce week-end, les résultats des sondages décevants pouvant encourager de nouvelles dépenses.

Les chiffres de l’inflation à Tokyo en fin de semaine pourraient donner une idée de la poursuite du ralentissement de la croissance des prix au Japon, tandis que les investisseurs surveilleront probablement de près la hausse des rendements et la faiblesse du yen à l’approche de la prochaine réunion politique de la Banque du Japon. fin du mois.

Les premières données commerciales de la Corée du Sud publiées lundi fourniront un aperçu de l’état de la demande mondiale, tout comme les données de croissance du pays au troisième trimestre.

Ailleurs dans la région, Singapour publie des chiffres sur l’inflation et la Thaïlande publie des rapports sur le commerce.

Le chef de la Banque de réserve d’Australie, Michele Bullock, s’exprime mardi, les derniers chiffres d’inflation trimestriels du pays étant publiés le lendemain. Ils pourraient jouer un rôle crucial pour déterminer si la RBA recommence à augmenter ses taux lors de sa réunion du 7 novembre.

Europe, Moyen-Orient, Afrique

Le Royaume-Uni publiera mardi une deuxième série de données sur le marché du travail, qui pourraient confirmer un ralentissement de la dynamique.

Le même jour, les indices des directeurs d’achat en Grande-Bretagne et dans la zone euro devraient montrer que la contraction du secteur manufacturier persiste en octobre, même si elle ralentit peut-être son rythme de détérioration.

D’autres rapports sur la zone euro seront publiés la semaine prochaine, notamment sur la confiance des consommateurs lundi et, deux jours plus tard, sur l’indice Ifo allemand, qui ne devrait montrer qu’une légère amélioration du climat des affaires dans la plus grande économie européenne.

Le produit intérieur brut espagnol de vendredi est le premier des principaux membres de la région à montrer ce qui s’est passé au troisième trimestre. Le rapport devrait montrer que la production a défié la faiblesse ailleurs pour soutenir un 10ème trimestre d’expansion.

Jeudi, à la BCE, les décideurs politiques dirigés par la présidente Christine Lagarde devraient maintenir les coûts d’emprunt inchangés pour la première fois depuis juin 2022, même s’ils pourraient signaler qu’ils peuvent reprendre le resserrement si nécessaire. Les responsables pourraient également discuter de la possibilité de réduire les avoirs obligataires à l’avenir.

Pendant ce temps, certains des plus grands gestionnaires de fonds en Europe affirment que les traders ont tort de parier que la BCE a fini de relever ses taux d’intérêt.

Une série d’autres décisions clés doivent être prises par les banques centrales de la région :

  • Les responsables israéliens ont réexaminé lundi leur politique pour la première fois depuis le début de la guerre. Alors que le shekel est proche de son plus bas niveau depuis huit ans avant une probable invasion terrestre de Gaza, la banque centrale a indiqué que son objectif était la stabilité monétaire, ce qui signifie qu’une baisse des taux n’est probablement pas envisageable.
  • Les autorités hongroises s’apprêtent mardi à commencer à ralentir leur cycle d’assouplissement après cinq réductions mensuelles consécutives d’un point de pourcentage, à 13 %. C’est toujours de loin le taux le plus élevé de l’Union européenne.
  • En Turquie, une nouvelle hausse importante est attendue jeudi après que l’inflation ait dépassé 60 % le mois dernier, la plus rapide de cette année. Même si la banque centrale a plus que triplé son taux directeur à 30 % en quatre étapes, les pressions sur les prix restent intenses.
  • Vendredi, en Russie, les décideurs politiques pourraient procéder à trois hausses consécutives des coûts d’emprunt. Alors que les autorités prévoient une inflation entre 6 et 7 % cette année, les pressions sur les prix devraient probablement influencer la décision, notamment parce que la chute du rouble a incité le gouvernement à réimposer le contrôle des capitaux.

La semaine se termine par une rafale de revues de crédit souverain. La Belgique, le Botswana, la Bulgarie, la Finlande, la France, l’Italie et la Suède font partie des pays pour lesquels des évaluations sont programmées par les principales sociétés de notation.

l’Amérique latine

Le rapport bihebdomadaire sur l’inflation du Mexique publié mardi devrait montrer un léger refroidissement des chiffres principaux et des chiffres de base, même si les deux restent au-dessus de l’objectif de 3 % de la banque centrale.

Néanmoins, un membre du conseil d’administration de Banxico a récemment déclaré que les décisions à venir dépendraient « fortement des données » et que les décideurs politiques étaient disposés à reporter le début d’un cycle d’assouplissement jusqu’à la mi-2024.

Dans la plus grande économie de la région, l’inflation brésilienne à mi-mois pourrait avoir légèrement diminué par rapport aux 5% affichés à la mi-septembre, ce qui permettrait à la banque centrale de continuer à baisser ses taux de 50 points de base jusqu’à la fin de l’année.

L’Argentine publie mardi ses données proxy du PIB pour le mois d’août. Une inflation à trois chiffres et des contrôles stricts des changes et des importations poussent l’Argentine dans sa sixième récession en une décennie et certains analystes prévoient une deuxième année de croissance négative en 2024.

Le Mexique publie également ses données proxy du PIB d’août, qui devraient montrer un 22e mois consécutif de croissance sur un an, ainsi que son taux de chômage de septembre. Les hausses du salaire minimum et une économie nationale forte ont créé un marché du travail tendu.

Au Chili, compte tenu d’une désinflation constante et de ce que les décideurs politiques considèrent comme une croissance inférieure au potentiel, la banque centrale est presque certaine de procéder à une troisième baisse massive consécutive des taux par rapport aux 9,5 % actuels.



Source link

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments