Tuesday, March 5, 2024
Google search engine
HomeVÉHICULE ÉLECTRIQUEDevis FinancementL’IA devrait rendre possible la semaine de travail de 4 jours pour...

L’IA devrait rendre possible la semaine de travail de 4 jours pour des millions de travailleurs



Earthly, une entreprise de technologie climatique fondée à Londres, a une semaine de travail de quatre jours depuis plus de deux ans maintenant, bien avant que la révolution ChatGPT ne prenne d’assaut le monde. Suite aux résultats extrêmement positifs d’un projet pilote de six mois sur la semaine la plus courte, Earthly a décidé de s’y tenir.

Ses employés sont plus productifs avec des horaires réduits, et avec l’ajout d’outils d’IA tels que ChatGPT plus tôt cette année, la semaine de quatre jours est devenue encore plus fluide, a déclaré Oliver Bolton, PDG d’Earthly. Fortune. Earthly utilise désormais la plate-forme pour passer au crible les projets, réfléchir, rechercher et rationaliser les opérations dans leur ensemble, ce qui a libéré plus de temps pour le personnel de l’entreprise.

“Le consensus est que lorsque vous disposez de quatre jours pour faire votre travail, cela vous donne beaucoup plus de concentration”, a déclaré Bolton. « Je vois l’IA comme une excellente opportunité d’être simplement plus productif, de travailler plus efficacement et d’en faire plus avec un haut niveau de qualité. Nous avons une semaine de travail de 4 jours sans aucune IA depuis plus d’un an, nous avons donc cette expérience. Avec l’IA, cela peut nous permettre d’en faire plus.

Bientôt, certains des avantages dont Earthly a bénéficié pourraient être constatés dans toute la Grande-Bretagne : l’IA pourrait réduire les heures travaillées d’au moins 10 % pour un énorme 88 % de sa main-d’œuvre, selon un récent rapport d’Autonomy, qui a contribué à réaliser le plus grand projet mondial. projet pilote de semaine de travail de quatre jours l’année dernière.

“Cela représente une énorme opportunité pour les décideurs politiques, les syndicats et bien sûr pour les millions de travailleurs susceptibles d’être touchés d’une manière ou d’une autre par ces nouvelles technologies d’IA”, écrivent les auteurs du rapport Autonomy.

Deux scénarios d’IA

Le groupe de réflexion a envisagé deux scénarios : le premier, dans lequel les gains de productivité grâce à l’IA réduisent les heures de travail de 20 %, et l’autre, dans lequel les emplois des travailleurs sont augmentés par l’IA de telle sorte que leur productivité augmente d’au moins 10 %. Dans les deux cas, le rapport note qu’au cours des dix prochaines années, 8,8 millions de Britanniques pourraient bénéficier d’une semaine de travail de 32 heures sans subir de perte de salaire.

« Ce que nous essayons réellement de faire, c’est de déterminer si nous utilisons cette technologie (IA) dans ce but particulier – dans ce cas, nous disons que si elle était utilisée pour augmenter la productivité… comment les bénéfices pourraient-ils être répartis davantage ? équitablement ou de manière inclusive », a déclaré Will Stronge, directeur de recherche sur l’autonomie. Fortune. “C’est pourquoi ces études particulières nous intéressent, car nous pouvons commencer à comprendre ce que ferait une optimisation complète de la technologie.”

L’argument en faveur de ChatGPT et d’outils similaires qui pourraient entraîner une semaine de travail plus courte en augmentant la productivité n’est pas nouveau. Une note de juin de la banque d’investissement Jefferies faisait état d’une « acceptation plus large » de la semaine de travail de quatre jours, grâce à l’IA qui permet aux gens d’accomplir leur travail actuel plus rapidement.

Les universitaires sont également d’accord avec cela : plus tôt cette année, Christopher Pissarides, lauréat du prix Nobel et professeur à la London School of Economic spécialisé dans l’économie du travail et l’impact de l’automatisation, s’est déclaré « optimiste » quant au rôle de l’IA dans l’amélioration de la productivité.

« Nous pourrions généralement accroître notre bien-être grâce au travail et nous pourrions profiter davantage de nos loisirs. Nous pourrions facilement passer à une semaine de quatre jours », a-t-il déclaré lors d’une conférence à Glasgow en avril.

Très bien, il reste plus de temps, et alors ?

Les outils d’IA pourraient bientôt inaugurer une ère de quatre jours de travail seulement, ouvrant ainsi beaucoup plus de temps aux gens. Mais la grande question reste de savoir ce que les gens choisissent de faire de leur nouveau temps que les outils d’IA aident à débloquer, a déclaré Carl-Benedikt Frey, professeur agrégé d’IA et de travail à l’Oxford Internet Institute.

Dans un article influent de 2013 co-écrit par Frey, il prédisait que l’automatisation pourrait éliminer près de la moitié de tous les emplois aux États-Unis. La récente vague d’IA générative qui a mis ChatGPT sous les projecteurs est différente, dit-il. Il a dit Fortune en septembre, il ne s’agit pas encore d’une technologie d’automatisation car elle a toujours besoin d’un humain pour la guider et lui donner des commandes, mais elle peut certainement améliorer les gens dans les tâches à faibles enjeux.

Pourtant, affirme Frey, « toute technologie améliorant la productivité peut, en principe, vous permettre de travailler moins. La question est de savoir si c’est empiriquement le cas. Il a souligné que l’augmentation de la productivité aux États-Unis au cours du 20e siècle a conduit à des semaines plus courtes, de 40 heures (c’était plus de 70 heures dans certaines industries peu de temps auparavant), ce qui ne s’est pas nécessairement traduit par une augmentation équivalente du temps de travail. temps libre. Des résultats similaires ont également été constatés en Grande-Bretagne.

“Nous aurions pu supprimer tous ces gains de productivité dans les loisirs, mais les gens ont décidé de continuer à travailler”, a déclaré Frey, ajoutant que cela pourrait être dû à un certain nombre de raisons, notamment la préférence pour des revenus plus élevés en travaillant davantage.

“C’est donc une question de choix, et ces choix peuvent différer en fonction des institutions en place, des préférences personnelles et de toute une série d'(autres) facteurs.”

Même s’il faudra peut-être des années avant que nous constations une transition radicale vers l’utilisation de nos heures supplémentaires pour les loisirs plutôt que pour le travail, Frey commence déjà à constater des changements dans les préférences des travailleurs. Et les données le réaffirment également : par exemple, les travailleurs sont prêts à accepter des réductions de salaire simplement pour pouvoir travailler 32 heures par semaine au lieu de la semaine habituelle de 40 heures, révèlent les données du site d’emploi Indeed au Royaume-Uni.

Le projet pilote de semaine de travail de quatre jours en 2022, dont les résultats ont été publiés en février, a marqué une avancée majeure avec un taux de réussite de 92 % parmi les 61 entreprises britanniques participantes. Les entreprises ont également constaté une amélioration du maintien dans l’emploi et de la santé mentale et physique des employés, qui ont pris moins de jours de maladie et ont signalé un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les avantages à plus long terme d’une semaine de travail plus courte incluent une plus grande égalité entre les sexes, car elle offre une flexibilité aux employés en ce qui concerne les responsabilités de garde d’enfants qui ont tendance à être assumées par les femmes, affirment les experts.

Avec une vague de dirigeants de l’industrie et d’autorités appelant à des réglementations plus strictes en matière d’IA à mesure qu’elle devient plus largement accessible au grand public, il peut être difficile de prédire la trajectoire de cette technologie. Mais une chose est sûre : l’IA remodèle rapidement le monde du travail tel que nous le connaissons en donnant plus d’élan à la transition vers davantage de loisirs.

Bolton d’Earthly encourage les employés de l’entreprise à consacrer leur temps à des passe-temps intéressants. Désormais, ses employés consacrent leur temps à des activités très diverses, allant de l’élevage de poulets au mentorat de startups et au perfectionnement des compétences.

Les semaines de quatre jours présentent clairement des avantages importants, mais cela dépend de la mise en œuvre équitable de l’IA dans l’ensemble de l’économie, affirme Stronge d’Autonomy.

“Je pense qu’une fois que GPT ou (autres) grands modèles de langage en général deviendront aussi omniprésents que le courrier électronique, nous atteindrons un nouveau niveau ou un nouveau plateau de productivité”, a-t-il déclaré. “Je pense que nous n’en sommes pas encore là.”

Abonnez-vous à la nouvelle newsletter Fortune CEO Weekly Europe pour obtenir des informations sur les bureaux les plus importants en Europe. Inscrivez-vous avant son lancement le 29 novembre.



Source link

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments