Thursday, February 29, 2024
Google search engine
HomeVÉHICULE ÉLECTRIQUEDevis FinancementWeWork dépose le bilan et veut rejeter les baux

WeWork dépose le bilan et veut rejeter les baux



L’ancienne startup de haut vol WeWork Inc. a déposé son bilan avec près de 19 milliards de dollars de dettes, un nouveau plus bas pour l’entreprise de coworking qui a eu du mal à se remettre de la pandémie.

La société basée à New York a déclaré qu’elle avait conclu un accord de restructuration avec des créanciers représentant environ 92 % de ses obligations garanties et qu’elle rationaliserait son portefeuille de location d’espaces de bureaux, selon un communiqué. Le dossier du chapitre 11 du 6 novembre dans le New Jersey indiquait des actifs de 15 milliards de dollars.

La faillite de WeWork est le point culminant d’une saga de plusieurs années pour l’entreprise, qui était autrefois le plus grand locataire de bureaux de Manhattan. Son ascension soudaine et sa chute précipitée ont captivé Wall Street et la Silicon Valley.

La perte de l’entreprise a sans doute commencé en 2019. En quelques mois, l’entreprise est passée de la planification d’une introduction en bourse au licenciement de milliers de personnes et à l’obtention d’un plan de sauvetage de plusieurs milliards de dollars.

Changements liés à la pandémie

D’autres entreprises de bureaux partagés ont également trébuché après que la pandémie ait bouleversé les habitudes de travail. Knotel Inc. et les filiales d’IWG Plc ont déposé leur bilan en 2021 et 2020, respectivement.

Bien que WeWork ait conclu un vaste accord de restructuration de la dette au début de 2023, l’entreprise a rapidement retombé en difficulté. En août, elle a déclaré qu’il existait des « doutes substantiels » quant à sa capacité à poursuivre ses activités. Quelques semaines plus tard, l’entreprise a annoncé qu’elle renégocierait presque tous ses baux et se retirerait des sites « sous-performants ».

La faillite est souvent la seule option pour les entreprises en difficulté avec des baux coûteux, car la loi américaine permet aux entreprises insolvables de se débarrasser de contrats lourds qui seraient difficiles à annuler autrement.

L’empreinte immobilière de WeWork s’étendait sur 777 sites dans 39 pays au 30 juin, avec un taux d’occupation proche des niveaux de 2019. Mais l’entreprise reste déficitaire.

Rejeter les baux

“WeWork demande la possibilité de rejeter les baux de certains sites, qui sont en grande partie non opérationnels et tous les membres concernés ont reçu un préavis”, indique le communiqué.

WeWork a déclaré qu’elle avait l’intention d’engager une procédure de reconnaissance au Canada, même si ses sites ailleurs ne font pas partie du processus de faillite. Les franchisés du monde entier ne sont pas non plus affectés et l’entreprise a déclaré qu’elle continuerait à servir les membres, fournisseurs, partenaires et autres parties prenantes existants dans le cadre de ses activités ordinaires.

WeWork n’a jamais été une entreprise conventionnelle : pendant une grande partie de son existence, elle a fonctionné avec pour mission déclarée d’« élever la conscience du monde ». L’éthos spirituel promu par le fondateur Adam Neumann et son épouse, la dirigeante et cofondatrice Rebekah Neumann, faisait parfois ressembler l’entreprise davantage à une religion qu’à une startup.

La société est finalement devenue publique en 2021 grâce à un rapprochement avec une société d’acquisition à vocation spécifique, deux ans après son introduction en bourse initialement prévue.

Mais cela n’a pas empêché WeWork de perdre de l’argent. Une dernière tentative de redressement en mars a vu l’entreprise signer une restructuration à l’amiable qui a réduit d’environ 1,5 milliard de dollars sa dette et prolongé d’autres échéances.



Source link

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments